PokeWifi Index du Forum
  S’enregistrer  Index   Portail  - FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés
[Pokemon Next Generation]Tome 1 : Les Graines de l'Espoir.
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PokeWifi Index du Forum -> pokemon -> creations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Satine Chen
membre cool
membre cool

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2007

Messages: 15
Féminin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin
Pokédollars: 16
Moyenne de points: 1,07
Perle

MessagePosté le: Dim 29 Juil - 21:10 (2007)    Sujet du message: [Pokemon Next Generation]Tome 1 : Les Graines de l'Espoir. Répondre en citant

Oui, c'est une fic que j'écris depuis un moment déjà. Après je peux tout mettre mais ca risque de faire un peu trop "bloc".
Je mets jusqu'au chapitre avec le début des révélations. ( infime comparé à ceux qu'ils vont découvrir dans le second tome. )

Chapitre 13 - Dîner chez les Rose.

Sous les yeux intéressés du petit Azurill, les deux sœurs étaient en pleine leçon... Satine avait installé sur la table de la salle à manger, tous les ustensiles de cuisine qu'elle avait pu trouver. Elle énumérait à sa sœur chaque nom de chaque objet. Savanah écoutait attentivement. Satine attrapa un verre ou elle avait versé un peu d'eau.

« Alors, pour l'apéritif... Oui, bon, là c'est de l'eau mais on te servira peut être autre chose... Alors, tu prends comme ça et tu bois doucement. »

Savanah prit le verre et commença à boire à grosse gorgée, si bien que son verre fut vide en 2 secondes. Surtout qu'elle en avait fait couler partout sur elle. Satine secoua la tête.

« J'ai dit doucement, Savanah ! DOUCEMENT ! »

Cela faisait une bonne heure qu'elle essayait de lui apprendre les bonnes manières mais elle faisait malheureusement tout de travers.

« Pardon... Je fais de mon mieux pourtant tu sais.

- Oui, Savanah, je sais... Non, ne t'essuies pas la bouche avec la manche ! La serviette, la serviette s'il te plait... »

Elle s'empressa de prendre une serviette... Sur laquelle étaient posé les verres... Elle tira d'un coup sec... Les verres partirent avec et se brisèrent sur le sol.

« Désolée ! Je suis vraiment désolée !! »

Satine soupira...

« C'est pas grave, je vais ramasser... »

Satine alla chercher un balais et commença à ramasser les morceaux de verres tombés par terre.

Pendant ce temps, chez le professeur Flora...

« Merci Pierre pour cette chemise de rechange. Je suis désolé qu'il y ait eut cet inconvénient.

- Ce n'est rien. Si ça ne va pas n'hésitez pas à appeler.

- Merci Pierre, tu diras au revoir au professeur Flora de ma part.

- Entendu ! Jun, j'ai été enchanté d'avoir fait ta connaissance, j'espère te revoir bientôt. »

Jun fit un signe de la main et salua une dernière foi Pierre.

Une heure plus tard, ils furent rentrés. Chen entra en premier dans la maison. Il vit que Satine était en train de balayer.

« Heu, il y a eut un problème ?

- Non, grand père, juste un peu de casse mais rien de grave. Je ramasse et je range tout promis ! »

Il lui sourit et se dirigea vers les escaliers pour aller à l'étage. Savanah l'arrêta.

« Tu as changé de chemise ? »

Les chemises étaient normalement de même couleur, à quelques différences près. Et pourtant, son arrière petite fille le remarqua. Savanah avait l'œil. Rien ne lui manquait. Satine releva la tête et baissa les yeux sur la chemise de son grand père. Elle fronça les sourcils. Sam ne dit rien et commença à monter les marches. Satine se tourna vers Savanah qui regardait son arrière grand père disparaître à l'étage. Elle dit à sa sœur :

« Rien de grave, juste qu'il faut qu'il fasse un peu plus attention dorénavant. »

Satine soupira.

*******

« Bienvenue à vous, mes chers invités. Veuillez prendre place autour de la table. Mes filles vont bientôt arriver. »

Une grande femme blonde aux yeux verts et un homme barbu roux les avaient accueillit dans une gigantesque demeure. C'était Madame et Monsieur Rose.

Satine avait sortit une de ses plus belles robes. Elle était verte et arrivait sous les genoux. Savanah, malgré les efforts de sa sœur, ne voulait pas abandonner son Jean et son T-shirt. Sa sœur était aussi têtue qu'un Pikachu et elle avait vite abandonné l'idée de lui faire porter une robe. Leur grand père fit les présentations.

« Merci à vous, je ne vous ai pas encore présenté tout le monde, voici Satine et Savanah, mes deux arrières petites filles et voici Jun, un ami. »

Satine et Jun saluèrent poliment. Savanah cligna des yeux. Satine commença à tirer sur sa manche pour lui faire baisser la tête. Elle se tourna vers sa sœur et cligna encore une foi des yeux.

« Les voila ! »

Les têtes se tournèrent vers la porte. Deux jeunes filles entrèrent dans la salle. L'une avait à peu près l'âge de Satine, elle était blonde et avait les cheveux attachés en arrière, elle avait des yeux bleus électriques. L'autre, était plus petite. Elle avait des cheveux roux qui lui arrivaient sous les oreilles. Elle avait hérité des yeux de sa mère. Ils étaient verts. Le regard de Savanah bloqua sur la plus jeune des deux.

« Bien, je vous présente mes deux filles. Marine, l'aînée. »

La femme désigna la plus âgé qui fit une petite révérence.

« Et Constance, la cadette. »

La petite fille s'inclina aussi.

« Bien, mettons nous à table. »

Bientôt on vînt les servir à table. Satine observait attentivement Savanah. L'entrée se passa sans problème. Ce fut au tour du plat principal... C'est la, que le drame commença. Confit de Canard ! Savanah ne sachant pas défaire la viande de l'os, attrapa la cuisse à pleine main et commença à manger goulûment. Tous les regards étaient braqués sur la jeune demoiselle, qui ne faisait pas attention à ce qui se passait autour d'elle et qui continuait à manger sa cuisse. Satine baissa la tête vers son assiette et se prit la tête dans les mains, pour ne plus voir le désastre. Les Rose, eux, regardaient leur hôte d'un air sidéré.

« STOP !! »

Ce fut le grand père qui arrêta le massacre. Savanah lâcha sa cuisse de canard et leva la tête. Elle avait de la sauce partout sur le visage.

« Je suis désolé de tout cela. Mon arrière petite fille n'a pas été élevée sous notre joug et comme je vous ai déjà expliqué hier au téléphone, elle ne connaît pas tout sur le comportement à avoir à table. »

Il se leva, prit une serviette et alla essuyer le visage de Savanah, qui était devenue rouge de honte. Contre toute attente, Madame Rose sourit.

« Ce n'est rien professeur, nous sommes au courant de ce qui a put se passer dans votre famille et des difficultés. »

La tension et le malaise se dissipèrent d'un seul coup. Bientôt, on commença à parler plus librement à table. Quelques rires s'entendirent et très vite la soirée fut malheureusement finie. Ce dîner avait fait du bien à tous. Ils en oublièrent presque ce qui s'était passé ces derniers jours.

Chapitre 14 - Arrivée inattendue.

C'était l'aurore sur l'île de Valencia. Tout était calme et tranquille. Une légère brume matinale rendait les couleurs du paysage pastel. On pouvait voir un homme dans cette brume marcher d'un pas décidé sur le chemin qui longeait la côte.

*******

Satine s'étira de tout ses muscles. Les yeux mis clos, elle enfila ses pantoufles et se leva. Elle leva la tête et jeta un œil à la pièce. Son Azurill continuait de dormir, niché dans un coin de son lit. Elle vit aussi que sa sœur était déjà levée. Elle était assise près de la fenêtre et regardait le lointain. Son Evoli était allongé près d'elle et dormait.

« Déjà levée ? »

Savanah tourna la tête vers sa sœur et au son de la voix de Satine, Evoli se réveilla.

« Non, pas dormi. J'ai monté la garde cette nuit. Après ce qui s'est passé la nuit dernière, j'ai préféré rester éveiller.

- Tu devrais te reposer aussi, tu sais ? Personne ne peut tenir sans dormir.

- Ne t'inquiètes pas, je ne suis pas née de la dernière pluie, et puis, je sais ce que je fais. »

Satine soupira.

« - Viens, allons prendre le petit déjeuner. »

Savanah acquiesça, elle sortit sa pokéball, ramena son Evoli et suivit sa jumelle. Satine laissa dormir Azurill. Quand elles arrivèrent en bas, elles virent que le petit déjeuner était déjà prêt.

« Bonjour les filles.

- Bonjour Grand père ! Tout le monde est d'humeur matinale aujourd'hui ? »

Sam sourit et répliqua :

« Tout le monde sauf un... Jun dors encore. Il est pire qu'un Ronflex. »

Satine sourit à la réplique de son arrière grand père. Jun était vraiment un gros dormeur. Les jumelles s'assirent à table et commencèrent à manger les œufs brouillés que leur grand père avait préparé.

« Dis-moi grand père, ta blessure va mieux ? »

C'était Savanah.

« Oui, oui, je suis resté allongé toute la nuit sans bouger et sur le dos, comme tu me l'as recommandé. »

Savanah sourit.

« Tant mieux. »

C'est alors qu'une sonnerie se fait entendre. Sam tourna la tête vers l'horloge de la cuisine. Il n'était encore que huit heures. Qui pouvait bien lui rendre visite à cette heure ? Sam se leva.

« J'y vais. »

Il se dirigea vers la porte. En passant devant l'escalier, il vit que Jun venait de se lever. Il descendait les marches en baillant...

« Bonjour Jun !

- ‘jour Sam. »

Sam ouvrit la porte. Son visage se crispa. Jun qui était derrière demanda :

« Qui est-ce ? »

Sam ne répondit pas, il passa la porte et la claqua derrière lui. Jun se gratta la tête, tout en restant perplexe, puis après un moment, il haussa les épaules et se dirigea vers la cuisine.

« Que fais-tu là ? Je t'avais dit de ne pas venir. Tu es vraiment une tête de lard... »

Régis Chen regardait son grand père droit dans les yeux et lui répondit.

« Tu croyais peut être que j'allais rester tranquillement au Bourg Palette à attendre. Je suis désolé grand père, mais je ne suis pas comme ça. Tu me dis que ma fille est ici dans cette maison. Ma fille qui a disparut il y 6 ans de cela... Et ensuite, tu me dis de ne pas m'en mêler. Mais c'est ma fille, et quoi que tu en dises, ce sont aussi mes affaires et je me dois d'agir. »

Sam secoua la tête d'exaspération.

« Régis ! Ceci n'est pas un jeu ! Je sais que tu es concerné par ça, aussi bien que moi, je suis concerné. Mais tu ne connais pas encore la gravité des choses et je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit à l'un de vous. Aussi bien à Satine et Savanah qu'à toi ! »

Régis baissa la tête et commença à rire.

« Grand père, je ne suis plus un enfant. Je sais me défendre et prendre mes décisions, seul, et je n'ai plus besoin de ton aide. Ne t'inquiètes pas. »

Il fit un pas vers la porte. Le vieux Chen se mit devant.

« Tu es un homme maintenant mais je reste ton grand père et quand je te dis quelque chose j'aimerais que tu m'obéisses. »

Régis soupira.

« Laisses moi passer. »

Sam ne bougea pas.

« Non. »

Il attrapa alors son grand père par l'épaule et essaya de le pousser sur le côté. Chen résista et ne bougea pas. Régis fronça les sourcils.

« J'ai fait le déplacement exprès et saches que j'entrerais que tu le veuilles ou non. Je veux juste voir Savanah, alors s'il te plait grand père, laisses moi passer. »

Le grand père baissa la tête. Il savait fort bien que Régis était une tête de lard née. Il ne pouvait pas l'empêcher d'entrer, mais il savait aussi que si son petit fils passait la porte, il risquait d'y laisser la vie. De plus, Savanah soupçonnerais son grand père de l'avoir prévenu. Que pouvait-il faire ? Il était dans la plus grande impasse. Sam fit un pas de côté pour laisser le libre passage à Régis, qui posa la main sur la poignée de la porte. Il allait ouvrir lorsque Sam lui dit une dernière chose.

« Je t'aurais prévenu. Reste au moins sur tes gardes. »

Régis ne dit rien. Il poussa la porte et entra. Il n'y avait personne dans l'entrée. Il s'avança prudemment. Il allait entrer dans le salon quand tout d'un coup, un couteau passa près de sa joue. Il fit trois pas en arrière par surprise et passa une main sur son visage. Il saignait. Le couteau l'avait frôlé et fait une entaille sur la joue. Il se tourna pour voir d'où venait l'attaque. C'est là qu'il la vit... Savanah, sa fille. Les cheveux bruns, coupés court. Les yeux vairons. Comme Satine. Mais il savait, rien qu'en la regardant, qu'elle n'était pas comme sa sœur. Ses traits étaient beaucoup plus durs. Son regard reflétait de la haine. De la haine ? Oui, envers son père. En voyant son regard, Régis prit peur, il se plaqua contre le mur derrière lui. Il essaya d'articuler :

« Sa... Savanah ? C'est... c'est... t... toi ?

- LA FERME ! SI TU DIS ENCORE UN MOT, JE TE PLANTE CE COUTEAU DANS LA GORGE ! »

Elle sortit un second couteau de sa manche. Régis était pétrifié. Sa propre fille le menaçait de mort... Il ne pouvait pas y croire... Sa fille était réellement devenue une tueuse. Peut-être aurait-il dû suivre le conseil de son grand père. Il était trop tard maintenant, trop tard pour faire marche arrière. C'est alors que Satine et Jun entrèrent.

« Qu'est-ce qui se... ? Papa ? Que fais-tu là ? »

Régis ne répondit pas... Pour cause, s'il le faisait il serait mort avant d'avoir pût finir sa phrase.

« C'est à cause de moi. »

C'était Sam. Tous les regards se tournèrent vers lui.

« - Gran... grand père ? Co... Comment ?

- C'est moi qui l'ai prévenu. Je lui ai pourtant dit de ne pas venir mais il est quand même venu. Je n'aurais peut-être pas dû... J'aurais dû suivre les conseils de Jun. »

Satine cligna des yeux. Alors, son arrière grand père avait appelé son père ? Il ne lui avait rien dit du tout. Qui plus est Jun était lui aussi au courant. Savanah, à l'entente de tout ceci, posa un regard mauvais sur son grand père.

« Traître ! J'aurais dû écouter les conseils du Maître et ne pas commencer à perdre mon temps avec vous... J'ai été bernée. »

Elle se tourna vers sa sœur qui avait le regard dans le vide.

« Et toi aussi Satine... Nous avons toute les deux étaient dupées. »

Satine posa son regard vers sa jumelle. Elle avait l'air complètement déboussolée. C'est alors que le grand père fit un pas en avant. Savanah tourna la tête vers lui et sortit un second couteau de son autre manche qu'elle braqua sur lui. Sam leva les mains pour lui faire comprendre qu'il ne voulait pas l'attaquer.

« - Savanah ? Je veux juste t'aider, nous voulons juste t'aider. Satine ? Je ne te l'ai pas dit car si je te l'aurais dit, est-ce que tu aurais accepté ? Non ? C'est ce que je pensais. De plus, je ne pensais pas que tout cela allait se terminer de cette façon et je ne pensais pas vous trahir...

- De la parlotte, encore une foi pour nous manipuler... Pourquoi Satine et moi sommes les seules à être dans l'ignorance... Pfff, de toute façon, je ne veux plus le savoir. J'ai assez perdu de temps ici... »

Elle se tourna vers sa sœur. Elle se tenait la tête entre les mains et fermait les yeux, comme pour faire abstraction de tout ce qui se passait autour d'elle.

« Soit tu me suis, soit tu restes. Je ne t'en voudrais pas... »

Satine releva la tête vers sa sœur, la regarda un moment, puis tourna son regard vers son père, qui était toujours statique, puis son grand père. Elle se releva doucement et vint prendre place à côté de sa sœur.

« - Je te suivrais Savanah.

- Non ! Satine. »

C'était Jun, qui était derrière. Il attrapa le bras de la jeune fille, qui secoua la tête.

« Pourquoi ? Toi aussi tu étais au courant et tu ne m'as rien dit du tout... De plus, cela ne te concerne pas.

- Si, elle me concerne ! N'oublies pas, je suis là pour veiller sur toi à la base et...

- Ton job est terminé depuis que mon père est entré dans cette pièce ! »

Elle dégagea son bras et le repoussa en arrière. Savanah commença à reculer, rangea un de ses couteaux et attrapa la main de sa sœur. En un éclair, elles passèrent le salon, la cuisine et sortirent par la porte de derrière. Jun s'élança alors, suivit de Sam. Alors, que Jun passait la porte, le vieux Chen s'arrêta sur le palier. Il tomba à genoux. Ceci n'était plus de son âge. De plus, dans son élancement, sa blessure se rouvrit. Jun se retourna vers le grand père et fit un pas vers lui pour l'aider.

« Sam ? »

Chen lui fit signe de s'en aller à la recherche des filles.

« Vas Jun ! Vas ! Ne t'occupes pas de moi.»

Après une dernière hésitation, il partit à la poursuite des frangines. Chen se releva péniblement. Sa chemise était de nouveau couverte de sang. Que faisait Régis ? Il entra et le vit. Il était toujours adossé contre le mur, le regard dans le vide. Il devait avoir subit un sacré choc, pour être dans un état pareil. D'habitude, il n'était pas du genre à se laisser surpasser par les événements. Sam s'avança vers lui mais retomba avant d'avoir traversé le salon. Sa main se crispa sur sa blessure. Régis leva alors la tête vers son grand père. Il mit un certain temps avant de voir le sang sur sa chemise.

« Grand père ! »

Le voyant en difficulté, il oublia ses troubles. Il se releva et l'aida à se relever avant de l'installer dans le canapé.

« Je vais chercher de quoi te soigner. »

Il grimpa les marches et alla chercher bandages et eau chaude. Il revint très vite et commença à soigner son grand père. Régis commença à chercher Jun du regard, il ne le vit pas.

« Où est Jun ?

- Il est partit à la recherche de Satine et Savanah. Il prend son boulot très à cœur.
- Hum. Grand père ?
- Oui.
- Je... Je suis désolé... Tout ça est de ma faute. Je n'aurais pas du...
- Non ! C'est de ma faute, j'aurais dû écouter Jun. On dit que la vérité sort de la bouche des enfants, j'aurais dû suivre les conseils de ce dicton je pense. Rhaa... »

Sam serra les dents.

« Grand père ! »

Il passa une main sur son front. Il était brûlant.

« Tu devrais rester allongé, tu es fiévreux. Dis-moi, à quoi est dû cette blessure ?

- C'est une longue histoire. C'est à propos de l'autre fille qui semblait connaître Savanah. Je t'en ai parlé au téléphone. »

Régis ne dit rien. Il se leva et alla chercher de quoi faire tomber la fièvre. Il donna à son grand père un médicament avec un verre d'eau.


Les heures passèrent, Jun n'était toujours pas rentré. Que faisait-il bon sang ? Et Satine ? Pourquoi avait-elle prit cette décision ? Partir avec sa sœur... C'est de la folie ! Et pourquoi Savanah le haïssait-elle autant ? Qui l'avait enlevé et surtout que s'est-il passé pour qu'elle devienne aussi réticente envers sa propre famille ? Des visages, des noms trottaient dans la tête de Régis... Il y avait tellement de personnes qui pouvaient le haïr, haïr toute sa famille... Il était sûr que c'était une vengeance, mais de qui ? Trop de questions sans réponses. Il savait aussi qu'il n'aurait jamais le cran de s'attaquer ni à Savanah, ni à Satine... Qui était pour le moment devenue des ennemis. C'était une grande faiblesse... Celui qui avait mit en place tout cela, avait réussit à merveille.

Après ce long moment de réflexion, il se leva, regarda une nouvelle foi par la fenêtre. Jun ne rentrait pas... Tout était tellement calme dehors... Le calme avant la tempête peut être... Il sentait que quelque chose se préparait... Une vengeance qui avait commençait il y a 6 ans de cela et qui prendrait peut être fin bientôt... Avec peut-être la perte de la famille Chen toute entière ? Qui sait ? Il secoua la tête pour faire partir toutes les visions d'horreurs.

Il se dirigea alors près du canapé ou était allongé son grand père. Il s'assit sur le bord. Il n'avait toujours pas l'air très bien. Il passa une main sur son front. La fièvre du vieux Chen n'avait hélas pas diminué. Il était seul et désemparé à l'instant. Son grand père allait peut être ne pas sortir de l'état ou il était et y laisser sa... Non ! Il ne devait pas y penser. Il avait déjà perdu Megu, il ne perdrait pas encore un autre membre de sa famille, à cause de cette histoire. Il revit les longs moments passé à l'hôpital, près de sa femme...

¤ Je suis désolé monsieur mais nous ne pouvons rien faire pour elle. Ce n'est pas de notre ressort. Elle a une santé fragile de base. Nous avons tout fait pour stabiliser son état. Ce n'est plus d'ordre médical mais psychologique... Il semblerait qu'elle n'ais plus la volonté de vivre... ¤

« Régis ? »

Régis releva la tête vers son grand père.

« Je savais bien que tu craquerais un jour. Ne t'inquiètes pas. Je ne vais pas mourir. »

Sam sourit à son petit fils, qui commença à pleurer. Cela faisait trop longtemps qu'il n'avait pas pleuré comme cela. Il s'était résout depuis la mort de sa femme à rester fort pour Satine. Pour l'enterrement, il n'avait même pas versé une larme... Pas une... Et à cet instant, il était en train de verser toute les larmes qu'il n'avait pas réussit à laisser couler pendant ces années... Sam le prit par l'épaule et commença à essayer de le consoler.

« On va récupérer Satine et Savanah, ne t'inquiètes pas. Je sais qu'il y a des blessures qui ne guériront jamais mais tu vas voir, nous retrouverons tes filles.

- O.. Ou... Oui... »

Chen malgré ce qu'il disait, n'en savait rien du tout, il était tout aussi effrayé par le futur que son petit fils mais il ne devait rien laisser paraître... Pour Régis ! De plus, il savait à l'instant que sa blessure n'irait pas en s'améliorant. Il avait toujours mal et la fièvre lui donnait le tournis. Régis commença à se calmer doucement. Sam décida de prendre une décision rapide, comme il voyait que Régis n'était pas en état d'en prendre une.

« On ne pourra pas résoudre cette affaire seuls. On doit demander de l'aide...
- Le... Le professeur Flora ?
- Non, elle est trop éloignée, il nous faut un voisin en qui nous pouvons avoir confiance... Nous devons aller chez les Rose.
- Les Rose ? Et Jun ? S'il revient...
- Crois-moi, Jun est bien le fils de Sacha, il est plein de ressources. Ne t'inquiètes pas pour lui. Allons demander de l'aide chez les Rose. »

Chapitre 15 - Le piège.

Régis et son grand père étaient devant la grande porte de la maison des Rose. Régis qui soutenait Sam, le fit s'asseoir sur les marches, alla sonner à la porte et attendit que l'on vienne lui ouvrir. Quelques minutes passèrent, pas de réponses. Il posa alors une main sur la poigné de la porte et la poussa. Par son plus grand étonnement, elle était ouverte. Il l'ouvrit complètement, et jeta un œil à l'intérieur. Il faisait assez sombre dans la maison. Il plissa alors les yeux pour essayer de percer les ombres.

« Il y a quelqu'un ? »

Pas une réponse... Il se retourna alors vers son grand père. Il le releva et ils entrèrent tous les deux dans la maison. Ils avancèrent vers le centre du grand hall. C'est alors que la porte d'entrée claqua violemment en se refermant. Régis se retourna. Il cru voir une personne dans l'obscurité.

« Qui est-ce ? »

C'est alors qu'un rire se fit entendre... Un rire de petite fille... Elle sortit de l'ombre. C'était une enfant d'à peine 7 ou 8 ans. Elle avait des cheveux roux et courts. Chen l'a reconnu tout de suite.

« Constance ? C'est toi ? Où sont tes parents ? »

La petite fille haussa les épaules.

« Je ne sais pas... »

Elle posa alors les yeux sur la chemise ensanglantée de Chen. Elle haussa les sourcils et lui répondit d'un faux air interrogateur.

« Que s'est-il passé ?

- Et bien, justement, nous voudrions en parler avec tes parents et demander leur aide. »

Elle acquiesça et leur fit signe de les suivre. Ils arrivèrent bientôt dans le salon.

« Installez-vous... Je vais tacher de les trouver. »

Régis déposa son grand père sur le canapé et regarda sortir la petite Constance d'un œil suspicieux. Il attendit qu'elle soit partie avant de se tourner vers son grand père.

« Tu connais bien cette famille ?
- Oui, assez bien, pourquoi ?
- Hummm... Juste que je trouve cette petite fille bizarre. »

Sam sourit.

« Voyons Régis, ce n'est qu'une enfant. Elle a à peine 7 ans ! Que veux-tu qu'elle fasse ? »

Régis se mit à rire...

« C'est ça ! Oui, c'est ça !
- Qui a-t-il ?
- Ce n'est qu'une enfant, hein ? On ne se méfie pas, hein ? Pareil pour Savanah... Je t'ai dit exactement la même chose que toi tu viens de me dire à l'instant, hier, quand tu m'as parlé d'elle pour la première foi. Je ne t'ai pas cru sur le moment... Tu suis ma logique ? Celui qui orchestre tout ça, se sert des enfants... Des enfants pour mener à bien ses projets... Il ne choisit que des filles qui plus est... Elle représente normalement aux yeux d'un adulte normal, la pureté et l'insouciance... On ne croirait jamais qu'une petite fille jolie et frêle pourrait s'attaquer à quelqu'un ou même, encore pire, serait prête à le tuer de sang froid. Celui qui a mit en place tout cela, les prend au berceau ou le plus jeune possible. La mémoire d'une enfant est si facilement modelable... C'est ce qu'ils ont fait pour Savanah et pour d'autres enfants je présume... De plus, je peux dire que cette... Comment s'appelle-t-elle déjà ? ... Constance, fait parti de cette organisation. Pourquoi ? Une enfant de 7 ans normale aurait paniqué en voyant le sang sur ta chemise. Pourtant, elle a gardé un sang froid assez remarquable... Tu ne trouves pas ? Il se trame quelque chose... De plus, je trouve que tout est trop calme à mon goût... »

Sam écouta attentivement la logique de son petit fils. Il acquiesça brièvement de la tête.

« Oui, tu as sûrement raison... Mais la question n'est plus pourquoi maintenant mais qui ? Qui est derrière tout cela ? Et puis si tu dis vrai, on ne devrait pas rester ici...

- On ne peut plus faire marche arrière, grand père. Depuis qu'on a mit le pied dans cette maison nous sommes pris au piège... La petite est bien trop maligne. J'ai apprit ses dernières heures à ne pas sous-estimer notre adversaire... De plus, si on veut réellement savoir qui nous en veux et bien je pense qu'on devrait aller jusqu'au bout... Et ne pas fuir. De plus, je pense que ce n'est pas comme cela qu'on récupérera Satine et Savanah. »

Régis entendit alors un léger bruit de cliquetis, le même bruit que fait une Pokéball quand un Pokemon en sort. Quelqu'un les observait, et surtout cette personne allait passer à l'attaque. Sans tarder, il attrapa une de ses Pokéballs et envoya son Noctali. Au moment même ou le Pokemon se matérialisa dans un éclair rouge. La petite Constance apparut chevauchant un énorme Steelix.


« - Vous êtes plus perspicace que vous en aillez l'air. Le Maître m'avait dit de me méfier de vous... Il avait raison, mais comme vous l'avait si bien dit, cher Professeur, vous êtes pris au piège dans cette maison.

- Constance ! Qu'as-tu fais de tes parents ? Et... Ta sœur ? »

La gamine ne répondit pas, elle se mit juste à rire. Régis serra les dents et envoya son Pokemon sur son ennemi.

« Très bien, alors... Noctali, attaque balle ombre ! »

Le Pokemon se concentra alors et bientôt il lança son attaque sur Constance et son Steelix.

« Steelix, protection ! »

L'attaque de Noctali s'arrêta net sur le bouclier qu'avait créé le Pokemon adversaire. Steelix et son maître n'avaient même pas bougé d'un poil. Régis en fut tellement surprit qu'il en fit trois pas en arrière.

« Futile, futile... Mon Pokemon est bien plus fort en tout point... Beaucoup plus fort que VOS Pokemons... Beaucoup plus fort qu'un Pokemon normalement constitué. Vous cherchez à combattre donc je suppose que vous voulez voir les capacités cachées de mon Steelix ... »

Elle descendit de son Pokemon.

« Steelix ? Montre leur une de tes attaques favorites ! »

Le Pokemon commença à se concentrer en énergie. A quoi se préparait-il ? C'est alors que sous les yeux étonnés de Régis, Sam et Noctali. Steelix envoya une énorme attaque fatal-foudre sur... Régis ! Il mit ses bras devant son visage pour se protéger et il attendit de recevoir l'attaque de plein fouet... Pourtant il ne la reçut pas. Il leva alors la tête. C'était Noctali qui s'était mit en face de son maître pour le protéger et qui avait subit l'attaque. Le Pokemon était à l'instant sur le flanc et ne bougeait plus. Régis se précipita vers lui.

« NOCTALI, NON ! »

Il prit son Pokemon dans ses bras, il était dans les pommes et était salement amoché. Constance se mit à rire.

« Et bien, tu as un Pokemon très loyal et protecteur envers toi... »

Régis décida de ramener son Pokemon. Le vieux Chen se leva alors péniblement et avança vers Régis. Il posa une main sur l'épaule de son petit fils.

« Je sais... »

Régis et Constance regardèrent Chen, perplexes.

« Qu... Quoi grand père ?

- Je sais qui est derrière tout ça... Enfin je crois... Je ne pensais pas qu'il aurait le culot de faire une chose pareille. De plus, à ce que je vois, il a continué ses expériences sur les Pokemons Mirages et a réussit à faire des matérialisations complètes... »

Chen se tourna alors vers la petite fille.

« C'est Yung n'est-ce pas ? C'est lui qui a fait tout ça ? Je l'ai deviné lorsque ton Steelix a fait son attaque électrique... C'est impossible à la base. Je n'ai vu que quelques Pokemons faire ce genre de chose et ils étaient issus des expériences de Yung ! »

La petite sourit.

« Vous êtes des futés dans la famille ? Peut-être un peu trop futé... Je vois en quoi le Maître veut en venir maintenant... Vous êtes une menace pour ses plans. Vous allez donc mourir... »

Elle allait donner un ordre à son Steelix quand tout d'un coup elle s'arrêta, le regard dans le vide. Elle prit alors une mine soucieuse et commença à parler toute seule, comme-ci elle s'adressait à une personne imaginaire.

« Pourquoi ? Pourquoi je ne peux pas ?

- Parce que le Maître les veut vivants ! »

C'était une voix derrière eux. Régis tourna la tête et vit une autre fille arriver de nulle part. Elle était habillée toute en noir. Elle avait de longs cheveux blancs et ses yeux étaient rouges. Elle était jeune mais rien qu'en la regardant, rien que dans son allure, on savait à qui on avait à faire et on ne pouvait que la respecter. Elle dégageait une aura de sagesse et de fermeté.

« Pff... Au moment ou je commençais à m'amuser... Pas juste...

- Je te signale que ceci n'est pas un jeu, Constance ! Tu es encore trop jeune pour le comprendre. Tout ce que nous faisons c'est pour le Maître, et non pour un quelconque amusement. Je te l'ai pourtant dit non ? Enfin bref, tu as quand même fait du bon travail. Je prend la relève.»

Elle baissa alors les yeux vers Régis et Chen. Le grand père se tourna alors vers son petit fils et lui chuchota :

« Son visage me dit quelque chose... Je ne sais pas mais j'ai l'impression de l'avoir déjà vu quelque part... »

Régis allait répondre mais l'autre jeune fille le devança.

« Des cachotteries ? Vous cherchez peut être un moyens de contrer mes plans et ceux de mon Maître ? Mais, que suis-je sotte, je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Riza et je suis noble disciple du docteur Yung. »

Elle leva une main et un Spectrum apparut juste au dessus d'elle. Elle ferma les yeux et une lumière l'enveloppa. Elle commença à s'élever dans les airs.

« Une télékinésiste... »

Un sourire apparut sur le visage de Riza, elle leva de nouveau sa main et son Spectrum fonça sur Régis et Sam, qui ne purent que s'agripper l'un à l'autre. Une sorte d'éclair les frappa et ils sombrèrent alors tout les deux dans un profond sommeil...


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Dim 29 Juil - 21:10 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PokeWifi Index du Forum -> pokemon -> creations Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Pokémon, Nintendo, Pokémon Diamant, Pokémon Perle, Pokémon Ranger, Pokémon Donjon Mystère, Pokémon Donjon Mystère 2, Pokémon Rubis, Pokémon Saphir, Pokémon XD, Pokémon Colosseum, Pokémon Stadium, Pokémon Stadium 2, Pokémon Rouge, Pokémon Bleu, Pokémon version Verte, Pokémon Jaune, Pokémon Or, Pokémon Argent, et Nintendo Wifi Connection appartiennent Nintendo©.
Toute reproduction totale ou partielle de ce forum est interdite.
Remerciements Nintendo et Game Freaks.

Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com